Navigation – Plan du site
Amades autour du monde

Compte rendu de la troisième session du Forum SHS de Bobo-Dioulasso : « Présentation de la Société Nationale des Fibres Textiles (SOFITEX) : les implications socioéconomiques de l’activité coton au Burkina Faso »

Laurent Bayala et Maurice Yaogo

Image1

Le jeudi 28 mai 2009 s’est tenu à l’Université Catholique de l’Afrique de l’Ouest-Unité Universitaire de Bobo-Dioulasso (UCAO-UUB) la troisième séance du Forum SHS dans ce cadre éducatif. Laurent Bayala, étudiant de 3e année de l’Ecole Supérieure des Sciences Humaines Appliquées au Développement (ESSHAD) et professionnel du domaine qui fera l’objet de la communication, anima cette session à la place du Secrétaire général de l’UCAO empêché, avec la modération de Maurice Yaogo. La séance a connu la participation d’étudiants de plusieurs niveaux et de professionnels. Le thème proposé était : « Présentation de la Société Nationale des Fibres Textiles (SOFITEX) : les implications socioéconomiques de l’activité coton au Burkina Faso ».

Trois axes ont ponctué la communication : tout d’abord une présentation générale de l’institution concernée, ensuite les réalisations socio-économiques et enfin l’impact socioculturel sur les travailleurs impliqués dans les activités de production du coton. Créée en 1979, la SOFITEX est une société anonyme dont le capital initial a été recapitalisé en 2006 face aux difficultés économiques résultant de la crise mondiale du coton. Elle a pour missions essentielles la culture, la commercialisation, l’égrenage et la promotion du coton. La Société dirigée par un Directeur Général assisté d’un secrétaire général, un conseiller technique et un inspecteur général est structurée en huit directions techniques et opérationnelles composées de régions cotonnières au nombre de sept, de services centraux et d’un dispositif d’encadrement.

La culture du coton au Burkina Faso a de fortes implications socioéconomiques. Au niveau économique, le coton, revêt un caractère stratégique pour l’économie du Burkina Faso. Il contribue au PIB agricole à hauteur de 30% et procure plus de 60% des recettes en devises du pays. La culture du coton est la principale source de revenu monétaire du monde rural. Elle yfinance des infrastructures scolaires, sanitaires et administratives, des centres de loisir et d’animation culturelle qui améliorent les conditions de vie des ménages en milieu rural. Cependant la mauvaise gestion du crédit agricole, les calamités naturelles sont à l’origine du surendettement des producteurs, du dysfonctionnement des Groupements de Producteurs de Coton, de leur dislocation, des tensions sociales, et de la paupérisation de certains ménages.

Au niveau organisationnel, l’on note une évolution institutionnelle notable des structures professionnelles des producteurs de coton sous l’influence des options politiques. En effet, elles constituent un poids politique et sont fortement impliquées dans le processus de démocratisation, de décentralisation et de communalisation. Elles servent également d’interface pour la coopération décentralisée. Toutefois, le cumul de postes perturbe le fonctionnement des structures locales des producteurs de coton et des communes rurales, ce qui est à l’origine d’un manque de transparence dans la gestion.

Au niveau culturel, il s’est opéré un changement de mentalité des cotoniculteurs par l’acquisition de nouvelles techniques culturales, la mise en œuvre de bonnes pratiques agricoles par le truchement de thèmes appropriés développés avec le dispositif opérationnel de la SOFITEX sur le terrain. La caution solidaire, les groupes de culture et les mutuelles de santé ont été mis en place dans certains départements de la province du Houet et ces activités agricoles en contribuant à lutter contre la pauvreté plaident également en faveur d’une meilleure insertion des jeunes dans leurs terroirs (trois millions de personnes vivent du coton au Burkina Faso). En dépit de ces performances techniques, il est reproché à la SOFITEX de contribuer à la destruction et à la pollution de l’environnement. Au niveau social, l’on assiste à la naissance d’une solidarité de type organique au détriment de la solidarité traditionnellement mécanique.

Dans la partie discussion, plusieurs interventions ont attiré l’attention sur l’intérêt du thème exposé en faisant ressortir néanmoins certaines préoccupations concernant notamment le fait que l’analyse sociologique n’a pas beaucoup abordé les effets négatifs comme les conséquences de l’introduction de certaines techniques culturales du coton sur l’environnement et la santé. L’implication politique des responsables de production a été incriminée comme l’une des causes probables de dysfonctionnement des activités. Le bénéfice de l’option ancienne de la culture de rente au détriment des cultures vivrières a fait l’objet de nombreux échanges contradictoires entre les défenseurs et les pourfendeurs d’une telle stratégie nationale dans un contexte de mondialisation qui dicte la loi du marché économique. Enfin l’idée de bonnes pratiques agricoles alliant une bonne utilisation des intrants agricoles en atténuant les nuisances sur l’homme et l’environnement a été évoquée avec le choix des OGM qui a fait l’objet d’âpres controverses sur fond d’intérêts économiques inavoués. Sous l’angle de l’analyse sociologique, il a été relevé le processus de changements locaux concernant la transformation progressive des techniques de production, l’organisation des paysans disposant de certains moyens financiers et matériels pour répondre aux besoins exprimés. Cependant l’évolution vers une solidarité organique conforme aux intérêts professionnels s’est opérée au détriment de pratiques traditionnelles de solidarité mécanique, dans un contexte où la conjoncture internationale qui dicte les options commerciales locales ne plaide pas en faveur des intérêts des producteurs.

  • Revues.org