Navigation – Plan du site
Editorial

Passage de témoin

Aline Sarradon-Eck et Laurent Vidal

Texte intégral

1Un passage de témoin plus qu’un changement : c’est ainsi que doit être perçu le renouvellement récent du Bureau de l’AMADES, avec notamment l’élection d’un nouveau président. Ce n’est donc ni la fin d’une époque, ni d’une équipe ; les évolutions des modalités d’appréhension des relations entre anthropologie et médecine, d’une part, et de fonctionnement de notre association, d’autre part, demeurant progressives. Les expériences acquises, les nouvelles questions posées aux anthropologues, les sollicitations dont ils sont l’objet conduisent à des « glissements contrôlés » du sens de notre implication au sein de l’AMADES.

2Nous en prendrons pour preuve à la fois des actions poursuivies et des initiatives nouvelles.

3Tout d’abord et tout en conservant un regard anthropologique « identitaire » sur le monde de la santé et en nouant le dialogue avec celui-ci sur le socle de nos références, il nous semble important de poursuivre l’ouverture vers les sciences sociales de la santé. Nous avons à cet égard été séduits par la qualité des thèses soumises l’année dernière pour le Prix AMADES 2010 ; mémoires d’anthropologie, naturellement, mais aussi de géographie culturelle ou de sociologie des organisations qui nous ont conforté dans l’idée que ce prix — et donc certainement l’AMADES plus généralement — doivent être ouverts aux sciences sociales s’intéressant aux faits de santé et dialoguant avec ceux qui, au quotidien, préviennent, soignent ou organisent. Ce dialogue est par ailleurs mis en exergue dans ce numéro par le « Dossier d’Amades » coordonné par Marie Bonnet portant sur la recherche biomédicale, dans lequel anthropologues et médecins abordent, chacun du point de vue de leur discipline, les questions et dilemmes éthiques posés par la recherche clinique dans le champ de la pédiatrie.

4Le Colloque du printemps 2012, auquel nous commençons activement à réfléchir, mobilisera nos énergies au cours de l’année sur une thématique qui, là encore, sans nous être nouvelle est porteuse de réflexions inédites, puisqu’il s’agira de penser l’innovation à la fois dans la médecine et dans les méthodes de l’anthropologie travaillant « à son contact ». Nous sommes là au cœur de la « philosophie amadésienne » puisque la question du dialogue, de l’interprétation de la demande est par définition là, dans ce questionnement sur les innovations auxquelles sont confrontées et/ou que produisent la médecine comme l’anthropologie.

5Une troisième illustration du souci de poursuivre un projet commun tout en essayant d’en moduler la forme, se repère dans les activités de partage des connaissances, de diffusion du savoir. D’une part l’idée des « Savoureux savoirs d’AMADES » va être reprise, en essayant de trouver un lieu qui permette une rencontre — hors les murs académiques — autour de réflexions, de publications. D’autre part, vous le savez, l’AMADES est associée à l’aventure qui est celle d’une nouvelle revue, Anthropologie & Santé (http://anthropologiesante.revues.org). Nous souhaitons y contribuer car cette revue — dont on s’étonne a posteriori qu’elle n’existe pas depuis plus longtemps ! — sera un lieu de diffusion des réflexions qui, là encore, sont au cœur de nos préoccupations.

6Enfin, tropisme de son nouveau président, mais que l’on sait partagé par nombres de membres de l’AMADES, il nous paraît important de développer, d’amplifier les relations avec nos collègues des pays « du Sud » : là aussi ce vœu arrive sur un terrain déjà largement emprunté, en témoigne le dernier colloque que nous avons organisé, « multisitué », entre France et Afrique. Il s’agit en fait peut être plus d’attirer de nouveaux collègues au sein de l’AMADES, et avec eux des propositions, des expériences que nous partageons, que nous côtoyons mais avec lesquelles nous avons par définition, chacun, des proximités variables.

7C’est donc avec des énergies renouvelées qu’AMADES poursuit son développement que l’on souhaite durable, avec quelques aménagements cependant afin d’économiser ses réserves. Ainsi, la publication du Bulletin d’Amades sera semestrielle. Ce choix répond, d’une part, aux transformations apparues dans la diffusion des informations à caractère scientifique qui privilégient les voies du Web. Le site d’AMADES (http://amades.hypotheses.org/​) régulièrement mis à jour par Cyril Farnarier, donne ainsi en quelques clics l’accès aux dernières annonces de colloques, de publications, etc. D’autre part, un rythme de publication semestriel permettra de publier des numéros plus étoffés, avec de nouvelles rubriques, et par conséquent l’accès à des connaissances, des réflexions, des débats, qu’autorise le format du Bulletin d’Amades, contrairement à celui des revues scientifiques.

8Ce Bulletin est le vôtre : si le comité éditorial veille à sa cohérence et sa qualité, ce sont vos textes qui alimentent ses colonnes et le font vivre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aline Sarradon-Eck et Laurent Vidal, « Passage de témoin », Bulletin Amades [En ligne], 83 | 2011, mis en ligne le 27 mars 2011, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://amades.revues.org/1200

Haut de page

Auteurs

Aline Sarradon-Eck

Articles du même auteur

Laurent Vidal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org