Navigation – Plan du site
Autres thèses récentes

Anthropologie de la recherche médicale en milieu rural sénégalais

Thèse pour l'obtention du doctorat d'anthropologie, Université Paul Cézanne Aix-Marseille III, mai 2011. Sous la direction d’Alice Desclaux.
Mary-Ashley Ouvrier

Texte intégral

1Cette thèse propose de documenter les dynamiques sociales qui sont à l’oeuvre dans un espace géographique en milieu rural sénégalais — l’aire de Toudinga — où des recherches principalement démographiques et médicales sont menées depuis 1964 dans le cadre des activités de l’IRD (Institut de recherche pour le développement), anciennement Orstom (Office de la recherche scientifique dans les territoires d’outre-Mer). Cette thèse se situe au croisement de l’anthropologie de la santé, de l’ethnologie africaniste et de la sociologie des sciences et des organisations. Cette intersection permet d’aborder de multiples aspects socio-culturels relatifs au fonctionnement et aux enjeux de la recherche scientifique en Afrique sub-saharienne.

2L’introduction commence par un récit ethnographique dont l’objectif est de donner un aperçu du fonctionnement de l’aire de Toudinga et de ses enjeux.  Une contextualisation historique de l’expérimentation dans le cadre du développement de la médecine tropicale en Afrique est ensuite effectuée suivit d’un état des lieux de la littérature anthropologique spécialisée sur le thème de la recherche médicale dans les pays aux ressources limitées. Le positionnement du chercheur est ensuite progressivement dévoilé au fur et à mesure que sont exposés les différents champs de l’anthropologie et de la sociologie mobilisés dans la thèse. Enfin, une présentation des objets de recherche de la thèse et des différentes catégories d’interlocuteurs rencontrés est effectuée.

3Le premier chapitre est consacré aux aspects méthodologiques. Les circonstances dans lesquelles ont été faits les entretiens et la manière dont les observations ont été négociées sont détaillées. Cette description permet de démontrer dans quelles mesures on peut dire que ce travail est issu d’une connaissance « intime » de la vie sénégalaise elle-même inscrite dans une immersion à la fois personnelle et professionnelle. Puis, dans une approche critique de la méthode anthropologique, la richesse du travail avec une interprète et l’assignation du rôle d’oppresseur à l’anthropologue « blanc » en Afrique de l’Ouest sont envisagés comme des « tabous » du récit ethnographique « traditionnel ».  Enfin, une réflexion sur la place de la restitution dans le travail scientifique et anthropologique est menée sur la base de plusieurs initiatives réalisées dans l’aire de Toudinga. L’une d’entre elles, qui a consisté à écrire et mettre en scène par le biais du théâtre participatif des données ethnographiques sur les tensions et les incompréhensions que suscite la recherche médicale, est  détaillée.

4Le second chapitre est consacré aux représentations et aux usages généraux de la recherche dans l’aire de Toudinga. La description du faible capital de développement de la démographie et du fort capital de développement de la recherche médicale permet d’analyser les conflits et tensions qui peuvent apparaître entre les chercheurs issus de ces deux principaux champs de recherche dans la région. Puis les représentations que les habitants de Toudinga développent à l’égard de la recherche scientifique sont successivement présentées. On découvre que les activités menées par l’IRD sont envisagées par les habitants de Toudinga à la fois comme une forme de « prestation sanitaire»  mais aussi une sorte de « perturbation sociale ». Enfin, les représentations que développent les agents de l’IRD à Paris et à Dakar sur le rôle de leur institution sont ensuite détaillées. L’analyse du discours des agents ainsi que leur implication dans des associations d’aide aux habitants de la région montrent que l’IRD y est envisagé à la fois comme un « organisme caritatif » mais également comme le coordinateur d’activités de recherche incomplètes, voire dans certains cas asservissantes.

5Le troisième chapitre est consacré aux pouvoirs et contre-pouvoirs micro-sociaux induits par la recherche. À partir d’exemple de terrain, l’influence du rôle des recherches médicales sur le fonctionnement des postes de santé primaires de Toudinga et sur les rapports entre les acteurs locaux est explicitée. Une réflexion est ensuite, menée sur les pouvoirs et les devoirs en matière de santé auxquels l’IRD se trouve assigné par  les habitants de Toudinga en demande de diagnostics et d’évacuation sanitaires vers les structures de soins secondaires. Cependant, cette assignation est issue d’une éthique contextuelle développée par les professionnels de la recherche soucieux de répondre, a minima, aux problèmes de santé des habitants de la région en sus des recherches médicales. Enfin, une attention particulière est donnée au rôle d’une catégorie professionnelle et sociale d’acteurs importants dans le fonctionnement de l’aire de Toudinga : les enquêteurs. Chargés de la communication entre les équipes de recherche et les habitants de la région, ils sont aussi généralement responsables de la récolte des informations scientifiques brutes (dates des mariages, décès, naissance, de scolarisation, de vaccination, détails des effets secondaires dans un essai clinique etc.). Leurs modes d’accès à ce métier, leur stratégie ainsi que l’éthos qu’ils développent individuellement dans leurs interactions quotidiennes avec les habitant de l’aire de Toudinga sont présentés et analysés.

6Le quatrième chapitre est consacré à l’éthique de la recherche médicale qui est abordée à travers l’analyse d’observations et d’entretiens réalisées au cours d’un essai vaccinal contre la méningite à méningocoque dans l’aire de Toudinga. L’émergence et la persistance de rumeurs de vol de sang lors de la réalisation de cet essai vaccinal sont analysées comme l’expression d’un malaise qui résulte d’une confrontation entre le discours paternaliste des professionnels de la recherche qui sous-estiment l’importance et le sens de ces rumeurs et un contexte sorcélère qui facilite la crédibilisation de celles-ci par les participants. Puis, une analyse critique des dispositifs de soutien à la participation communautaire mis en place dans l’aire de Toudinga ( milieu rural – maladies vectorielles et tropicales ) et au Centre de Recherche Régionale de Formation à la Recherche Clinique de l’Hôpital Fann ( milieu urbain – VIH/sida) permet de distinguer une approche « citoyenne » d’une approche « conservatrice ». Enfin, le récit de l’itinéraire de participation de trois habitants de la région « inclus » dans cet essai vaccinal permet de montrer de quelle manière des questions éthiques fondamentales telles que celle du « consentement éclairé des sujets » est intimement liée au contexte de pauvreté, au manque d’accès aux soins de la région mais aussi aux normes de socialisation marquées par la question du genre, de l’aînesse et la du don-contre don.

7Dans le cinquième chapitre, l’analyse du projet de réalisation d’un essai vaccinal dans la région de Toudinga puis de sa suspension permet d’envisager dans quelles mesures la recherche médicale au Sud est potentiellement influencée par « les valeurs » que les acteurs sociaux lui attachent. Un récit détaillé de la succession des faits qui ont conduit différents acteurs chargés de la réalisation de cette étude à s’engager puis à se désengager est tout d’abord effectué. Puis une analyse critique de l’évaluation du rapport « avantages/inconvénients » des chercheurs, administrateurs et juristes au sein de l’IRD qui ont eu à travailler sur la réalisation de cet essai vaccinal permet de mettre en avant les arguments « non-scientifiques » qui entrent en jeu. L’impact du capital social de cette étude sur la prise en charge médicale à Toudinga (amélioration du plateau technique, services médicaux inédits aux habitants) et le développement de l’unité de recherche qui en aura la responsabilité sont des arguments forts en la faveur de l’étude. Les répercussions en matière d’image si cette étude, en partenariat avec un groupe pharmaceutique américain, s’avérait un échec ainsi que la volonté de la part du promoteur de charger l’IRD de tâches jugées « inappropriées » et de manière « pressée » représentent certains des arguments en la défaveur de cette étude. Enfin, sont ensuite abordées les différentes représentations que développent les chercheurs expatriés, les chercheurs résidents et les habitants de Toudinga à l’égard de la construction d’un bâtiment par l’IRD dans la région.

8La conclusion de la thèse reprend certains des éléments d’analyse, propose un approfondissement d’autres thèmes mais aussi ouvre des pistes de recherche supplémentaires. Une réflexion est tout d’abord menée sur les composants culturels du consentement éclairé. Puis, un possible approfondissement mais aussi prolongement de cette étude est envisagé à travers l’exploration des cultures professionnelles de la recherche médicale en Afrique de l’Ouest. Ensuite, plusieurs éléments pour une anthropologie de la recherche médicale appliquée sont discutés.  La thèse se termine sur les apports de la réflexion menée dans ce travail sur les rumeurs de vol de sang et sur les enjeux et le devenir des « plateformes de recherche médicale » comme celle de Toudinga en Afrique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mary-Ashley Ouvrier, « Anthropologie de la recherche médicale en milieu rural sénégalais », Bulletin Amades [En ligne], 84 | 2011, mis en ligne le 01 novembre 2012, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://amades.revues.org/1325

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org