Navigation – Plan du site
Editorial

Retour de rade

Le Colloque Amades 2012 de Brest
Claudie Haxaire et La rédaction du bulletin

Texte intégral

1Le XVe colloque d’Amades « anthropologie, innovations techniques et dynamiques sociales dans le domaine de la santé » s’est déroulé à Brest les 10, 11 et 12 mai dernier.

2C’est en tant que coordinatrice du comité d’organisation que je livre ces réflexions en guise d’éditorial, en complément à la synthèse proposée par Anne Marie Moulin.

3Le colloque Amades, accueilli dans les murs de la faculté de médecine de Brest (via Remy Amouroux et moi-même), a bénéficié du support logistique et administratif du laboratoire de sociologie brestois (ARS EA3149) auquel j’appartiens ainsi que Nadine Pellen. Sans sa secrétaire, Claudie Inisan, et en particulier sa vigilance sur les propositions des agences de voyage, nous n’aurions pu recevoir nombre de nos amis étrangers ou étudiants car, cela ne surprendra personne, les subventions promises ont été revues à la baisse. Notre petit comité d’organisation a beaucoup travaillé à distance et grâce aux compétences techniques de Judith Hermann, Cyril Farnarier et Claire Beaudevin, les programmes discutés lors de quelques réunions à Marseille avec tout le groupe (Sandrine Musso, Marie Bonnet, Coralie Caudullo, Ashley Ouvrier) ont pu être formalisés, les plaquettes élaborées et tirées. Je garde pour la fin l’aide d’Aline Sarradon-Eck et Laurent Vidal, car sans eux rien n’aurait pu aboutir.  

4Nous pouvons donc nous réjouir de cette rencontre véritablement internationale des anthropologues médicaux de langue française venant du Maghreb, d’Afrique noire, du Québec et du Canada, de Suisse ou d’Italie qui nous permet de nouer ou de réactiver les liens d’amitiés et de collaboration. Les thématiques du colloque appelaient un croisement des regards pour lequel les chercheurs sociologues, historiens, médecins de santé publique - qui enrichissent notre réflexion d’une dimension interdisciplinaire - étaient au rendez-vous.

5J’avais pour ma part souhaité une autre ouverture, en direction des médecins, car le soutien du doyen C. Bertou aux SHS en faculté de médecine prolonge la tradition impulsée par le doyen Boles en son temps dans cette faculté, une des rares en France à avoir deux postes statutaires en SHS. J’espérais la présence d’étudiants de médecine, malheureusement la période de concours de première année et d’examens était rédhibitoire. Mais j’ai voulu inviter comme président de séances des médecins, des maïeuticiennes, des philosophes ou des praticiens en santé publique impliqués dans l’enseignement en médecine, et ce fut tout naturellement qu’ils ont accepté de participer à nos débats. J’ai eu d’excellents retours de leur part, tous ont apprécié la qualité des échanges.

6Ainsi, les colloques Amades se répondent-ils et un tout petit pas a-t-il pu être fait en réponse à celui de Marseille sur l’introduction de l’anthropologie parmi les SHS dans l’enseignement en médecine en renforçant, je l’espère, la reconnaissance de l’intérêt de nos recherches par les enseignants-chercheurs de la faculté de médecine.

7C’est aussi cette insertion des SHS en médecine qui est à l’origine de la thématique proposée, puisque certains projets de recherche brestois présentés ont répondu aux interrogations d’équipes de recherche médicales qui se sont tournées vers la démographie, l’anthropologie, la sociologie ou la psychologie pour appréhender les conséquences humaines et sociales des innovations auxquelles leur travail contribue. Ainsi l’équipe INSERM spécialiste de la mucoviscidose a-t-elle fait appel à une démographe, Nadine Pellen ; l’équipe GETBO, spécialisée sur la thrombose, est quant à elle à l’origine du projet que nous menons sur la gestion de l’incertitude dans les familles à risque, confrontées à un changement de paradigme de la recherche médicale, qui les met en grand désarroi.

8Amades a toujours revendiqué des analyses transmissibles aux acteurs de santé, et entend pratiquer une anthropologie de la santé appliquée et surtout impliquée. Dans cette faculté qui forme de futurs médecins, nous avions à penser l’articulation de nos réflexions pour transmettre cette ouverture aux nouvelles générations en situation de vivre ces innovations technologiques, cliniques ou organisationnelles qui ont un effet sur les usagers, qu’ils se les approprient ou qu’ils les suscitent.

9Lorsqu’il s’agit d’analyser ceci, nous sommes amené à penser les rencontres entre différents modèles épistémologiques, différentes disciplines, qui se produisent quelquefois au niveau transnational. Les questions éthiques se posent non seulement parce que les progrès techniques ou méthodologiques les font surgir, mais aussi du fait de conséquences d’applications transnationales de procédures définies localement. C’est le cas des essais thérapeutiques dans les pays du sud, ou d’initiatives en santé publique. Le contexte de la globalisation demande encore de re-explorer à l’égard de l’innovation des domaines plus spécifiques déjà bien travaillés par l’anthropologie médicale, celui de la santé maternelle ou des savoirs locaux. Ces réflexions sont ainsi venues prolonger quant à elles le colloque de Toulouse « Santé et mobilités au nord et au sud ».

10Notre discipline est donc bien vivante, explorant les nouvelles « avenues », comme le diraient nos collègues québécois, que les discussions fructueuses ouvrent d’un colloque à l’autre.

11Pour revenir sur un élément d’actualité un collège, qui se veut référent dans cette entreprise de rapprochement des SHS et de l’enseignement de la médecine, le COSHSEM (Collège des Enseignants de Sciences Humaines et Sociales en Médecine), a été créé1. Son président actuel, Jean Marc Moullié et l’Université d’Angers, ont vu l’enseignement qu’il dispense à la Faculté de médecine d’Angers mis en cause dans un article paru dans Science et Avenir et le journal Ouest France. Amades souhaite ici apporter son soutien à notre collègue philosophe dans cette controverse où ce sont le fondement et le projet même de l’enseignement des sciences humaines et sociales en médecine et de leurs rapports qui sont attaqués2.

12Pour conclure, ce Bulletin est l’occasion de féliciter Mathilde Couderc, lauréate d’une édition 2012 du prix de thèse de l’association extrêmement relevée. Les résumés des autres thèses candidates seront publiés dans le prochain numéro. La fin d’année approchant, c’est aussi pour nous l’occasion de vous encourager à nous soutenir en adhérent à l’association (modalités disponibles sous ce lien : http://amades.hypotheses.org/​lassociation - adhesion) et de participer à ce Bulletin en nous envoyant vos annonces de parutions ou de colloques, propositions de dossiers thématiques, comptes-rendus de lectures ou de rencontres, etc (info@amades.net).

13En vous souhaitant une bonne lecture.

Haut de page

Notes

1  Son 4e colloque « Discours et Récits en Santé » aura lieu à Amiens les 20-21-22 Juin, contact : mailto:catherine.draperi@u-picardie.fr

2  Dossier de l’Université d’Angers sur ce conflit : http://www.univ-angers.fr/fr/universite/actualites/lettre-de-soutien/decryptage.html

Lettre de soutien : http://www.univ-angers.fr/fr/universite/actualites/lettre-de-soutien.html

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claudie Haxaire et La rédaction du bulletin, « Retour de rade », Bulletin Amades [En ligne], 86 | 2012, mis en ligne le 16 décembre 2012, consulté le 27 avril 2017. URL : http://amades.revues.org/1489

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org