Skip to navigation – Site map
Hommage

Entière, complexe, riche et inclassable

Hommage à Hélène Pagezy
Olivier Bernard

Full text

1Très tôt, trop tôt, Hélène nous a quittés. Le dimanche 3 mars 2013 nous apprenions le décès d’Hélène Pagezy à l’âge de 67 ans. Pour toutes celles et tous ceux qui ont eu la chance de la connaître, de travailler avec elle, de partager des instants même brefs, son absence est douloureuse et le vide reste grand. Personnalité entière, complexe, riche et inclassable, Hélène n’a pu laisser indifférent celles et ceux qui l’ont croisée.

2Anthropologue biologiste, spécialiste de l’adaptation bioculturelle de l’Homme à son environnement qu’elle avait étudiée en particulier sous l’angle de l’anthropologie de l’alimentation en Afrique centrale, elle était directrice de recherche au CNRS et chercheure associée au sein de l’UMR 7206 « Eco-Anthropologie et Ethnobiologie » (CNRS, MNHN, Université Paris 7).

3Revenir sur quelques grandes dates est sans doute nécessaire pour mieux appréhender ce parcours riche et exigeant qui a été le sien. Chercheure au CNRS depuis 1977, elle en devient Directrice de Recherche en 1990. Cela de nombreuses personnes le savent. Mais qui se souvient qu’Hélène a occupé des fonctions de Professeur de Sciences Naturelles (IPN de Butare, Rwanda) en 1973-75, puis de Professeur de Physiologie animale (Université d'Antananarivo, Madagascar) en 1975-76. Si sa thèse de 3ème cycle en Anthropologie biologique (Paris, 1973) marque le début d’une longue carrière de chercheur, c’est certainement lorsqu’elle obtient son doctorat d'Etat ès Sciences « Contraintes nutritionnelles en milieu forestier équatorial. Réponses biologiques et stratégies de subsistance chez les ba-Oto et les ba-Twa de la forêt équatoriale (lac Tumba, Zaïre) » (Aix-Marseille, 1988) qu’Hélène va proposer une première synthèse de près de 15 années de recherche et de réflexion.

4Résumer ses recherches serait un exercice délicat et qui n’a certainement pas sa place ici. Alors, peut être, plutôt proposer une lecture partielle, partiale, mais qui dirait un peu mieux ce que furent ses engagements de chercheur et percevoir ce qui l’a poussée à agir.

5La forêt équatoriale et les contraintes nutritionnelles resteront très certainement les éléments fondateurs de sa longue carrière. Ses longs séjours en République Démocratique du Congo et en République Centrafricaine vont constituer le terreau d’une pensée riche et novatrice. Près d’une vingtaine de publications sur cette thématique permettent de mesurer l’apport qui a été le sien dans ces domaines. Les 2 tomes de « L'alimentation en forêt tropicale : interactions bioculturelles et perspectives de développement » publiés en 1996 aux éditions de l’UNESCO sous la direction de C. M. Hladik, A. Hladik, H. Pagezy, O. F. Linares, G. J.A. Koppert et A. Froment, proposent une synthèse sur les connaissances relatives aux stratégies alimentaires et aux adaptations des populations des régions tropicales - adaptations de natures biologique et culturelle. En mettant ces données à la disposition des responsables des projets de développement, les auteurs souhaitaient ainsi contribuer à une gestion durable et équitable des ressources dans le respect des communautés locales. On voit dès lors pointer chez Hélène cette attention/préoccupation aux questions environnementales qui marqueront toute la fin de sa carrière.

  • 1  Laurent Vidal, « Le Palec, Annie & Pagézy, Hélène. – Vivre avec le vih au Mali. Stratégies de surv (...)

6L’émergence du SIDA en Afrique a certainement constitué un tournant dans la carrière scientifique d’Hélène. Les travaux qu’elle va mener en 1990-92 (Sida et modification des comportements sexuels : le cas des réclusions de longue durée chez les Ntomba du Zaïre) seront les précurseurs des publications à venir et notamment le remarquable ouvrage coécrit en 2003 avec Annie Le Palec : « Vivre avec le vih au Mali. Stratégies de survie », (Paris, L’Harmattan). Et c’est ainsi que lors de la publication de ce travail, Laurent Vidal de signaler que : « Si les études à l’origine de cet ouvrage se situent entre 1997 et 1999, il est utile de rappeler que leurs deux auteures ont été parmi les premiers à mener des recherches anthropologiques sur le sida en Afrique francophone, que ce soit au Mali ou en Afrique centrale »1.

7Si dès le début des années 90 dans le cadre d’une contrat de recherche, Hélène Pagezy montre un intérêt marqué pour la faune aquatique et la gestion des ressources (« Interactions entre facteurs écologiques et sociaux dans la production, conservation, commercialisation du poisson d'eau douce en Afrique équatoriale (Zaïre) : 1990-92 »), il faut l’avoir côtoyée dans les années 2000 pour se souvenir de son enthousiasme (et de ses inquiétudes) lorsqu’elle évoquait ses travaux en cours sur le Maroni ou à Mayotte (Meunier F., Pagezy H., Keith P., Jégu M., In : Piranhas enivrés : des poissons et des Hommes en Guyane, F.J. Meunier (éd.), 2004).

8Revenir sur cette histoire et ces recherches était certainement nécessaire pour comprendre quel a pu être son apport dans le champ de l’anthropologie. Nécessaire, mais pas suffisant. Car comprendre un peu mieux son histoire c’est aussi se remémorer tous ces moments volés à des études sur le terrain, où Hélène savait aussi parler de son enfance, de sa famille et de ses séjours dans le Béarn. Ces lieux où se côtoyaient artistes et intellectuels ont façonné sa personnalité et aiguisé sa curiosité. Pour celles et ceux qui l’ont côtoyée ces dernières années, nous avons été marqués par l’énergie et l’enthousiasme qui ont été les siens pour imaginer, concevoir et mettre en place les 2 expositions au muséum dont elle fut commissaire : « Piranhas enivrés » en 2004 à l’Aquarium de la Porte Dorée, et « Natures vivantes, regards d’enfants » en 2007-2008 au Musée de l’Homme.

9L’ouvrage publié avec Stéphanie Carrière et Catherine Sabinot au décours de cette dernière exposition : « Nature du monde. Dessins d’enfants » (CTHS, 2010), est certainement le témoignage qu’Hélène souhaitait nous transmettre. Cet ouvrage rassemble plus de deux cents dessins réalisés par des enfants de onze régions du monde. De Sibérie, du Gabon ou d’ailleurs, tous ont répondu à la même demande : « Dessine-moi ta nature. » Au-delà des savoirs sur les natures et les cultures du monde, ces dessins nous étonnent et nous invitent à l’évasion.

Top of page

Notes

1  Laurent Vidal, « Le Palec, Annie & Pagézy, Hélène. – Vivre avec le vih au Mali. Stratégies de survie », Cahiers d'études africaines [En ligne], 182 | 2006, URL : http://etudesafricaines.revues.org/6004

Top of page

List of illustrations

URL http://amades.revues.org/docannexe/image/1533/img-1.png
File image/png, 42k
Top of page

References

Electronic reference

Olivier Bernard, « Entière, complexe, riche et inclassable », Bulletin Amades [Online], 87 | 2013, Online since 16 July 2013, connection on 25 February 2017. URL : http://amades.revues.org/1533

Top of page

About the author

Olivier Bernard

Médecin Pédiatre, ancien président de Médecins du Monde (2009-2012).

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page
  • Revues.org