Navigation – Plan du site

Les bonnes résolutions du samedi 6

Yannick Jaffré

Texte intégral

1Une « AG », comme celle qui s’est tenue le samedi 6 juin à Aix-en-Provence, est une manière de récapituler ce qui est fait ou pas, réussi ou pas, ou à changer… Bref, on tire un trait, et on regarde nos résultats.

2Bien des points sont à l’actif (le bulletin est enrichi par des dossiers thématiques, les « apéro » ont été réguliers, intelligemment bavards et suffisamment buveurs, le réseau est stable, le site fort visité…) mais un des points faibles est évident et bien banal : comme dans toute association, certains sont très actifs – sont-ils intimidants ? – d’autres plus passifs. Peut-il en être autrement ?

3Aline Sarradon, renouvelant quelques anciennes idées, ouvre des pistes, en proposant de « personnaliser » certaines tâches. Sans doute faut-il aussi trouver des façons de mieux faire reconnaître le travail et la diversité de chacun et de chaque « labo » : responsabilité « tournante » de chaque bulletin ? rubriques spécifiques assumées par certains ?

4Mais trois autres questions « de fond » doivent aussi être posées.

5L’AMADES est une contradiction vive. C’est « et de la clinique et des sciences sociales, et des universitaires et des praticiens ». Bref, à l’AMADES on a le droit – et le plaisir – d’additionner ce qui est différent et nous puisons notre énergie durable dans cette ligne à haute tension. Mais cela ne va pas sans la difficulté de trouver un langage commun…

6L’AMADES est aussi liée à l’histoire de la construction d’une anthropologie de la santé attentive aux transformations des différents présents des sociétés. Mais, d’une certaine manière, ce combat est gagné et notre discipline est maintenant largement représentée dans divers domaines de la recherche et des enseignements.

7Enfin, notre bulletin, et notamment ses rubriques bibliographiques, prend maintenant place dans un vaste paysage où chaque ordinateur ouvre sur des banques de données.

8Alors sommes-nous, comme disait un philosophe imprudent, à la fin de l’histoire ? À l’évidence non, et les tâches sont immenses.

9Sans souci d’exhaustivité, essayons d’en lister les principales. Il faut, tout d’abord, affermir cet espace intermédiaire et réciproquement critique où les sciences sociales interrogent les avancées et propositions médicales et où les pratiques médicales questionnent nos objets et nos routines interprétatives. C’est notre règle des 3 R : Routiniser la Réflexivité Réciproque. Dans ce bulletin, le dossier consacré à une expertise de l’INSERM est une illustration de cet indispensable travail.

10Il faut construire un espace scientifique comparatif, accueillant des travaux venant de multiples aires géographiques, de divers contextes professionnels ou d’autres paysages théoriques – religion, politique, histoire, littérature, épidémiologie… – permettant de renouveler le questionnement de nos objets de recherche et de nos réels respectifs.

11Il faut user des outils du présent et pour cela enrichir notre site. Il faut aussi prendre part aux débats scientifiques et pour cela sans doute lier notre publication-papier à une publication annuelle « en ligne » – sur le modèle du « temps de la réflexion » – reprenant certains des textes et des dossiers « enrichis » pour la circonstance. Les rédacteurs et l’AMADES y gagnent en reconnaissance.

12Il faut s’attacher à aider au défrichement d’autres domaines : médicaments, émotions et sensibilités, risques et alertes sanitaires, mondialisation des techniques médicales, « migrances » sanitaires et professionnelles… Le Prix de thèse que nous décernerons à la rentrée 2006 encourage de telles avancées thématiques et scientifiques.

13Il faut enfin interroger les acquis. Quelles sont les confluences et confrontations en acte des SHS et des disciplines médicales (formations entreprises, projets communs, résultats acquis) ? Notre prochain colloque en 2007 sera consacré à ce thème.

14Enfin, un sincère remerciement à ceux qui ont quitté le conseil d’administration, et bienvenu à celles – et oui, nous sommes en genre équilibré – qui nous rejoignent.

15Allez, un dernier mauvais jeu de mots, avant la route 2006-07 : l’AG était pleine de jeunesse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yannick Jaffré, « Les bonnes résolutions du samedi 6 », Bulletin Amades [En ligne], 66 | 2006, mis en ligne le 03 février 2009, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://amades.revues.org/308

Haut de page

Auteur

Yannick Jaffré

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org