Navigation – Plan du site

Une éthique du regard

Yannick Jaffré

Texte intégral

1En apparence, le dossier de ce bulletin est consacré à de « simples » affaires d’images et de portraits. Mais dès lors que l’empirique s’en mêle, rien n’est aussi « simple ».

2En effet, cette question de « l’échange des regards » est ancienne. Pour ne prendre qu’un exemple, Françoise Frontisi-Ducroux évoque pour la Grèce Ancienne l’importance nouvelle du miroir, et du regard de l’autre pour assurer sa dignité. Et puis Œdipe aveugle qui se détourne du monde, les contes et leurs cruels miroirs, Freud et « l’inquiétante étrangeté » des personnages de Hoffman, Lacan et son stade du miroir, Barthes et la « Chambre Claire », Lévi-Strauss et son « regard éloigné ». Curieux assemblages d’un œil, de pulsions, plus une métaphore de la bonne distance et jusqu’à nos violences, lorsque, à bout de mots, on s’exclame : « tu veux ma photo » !

3C’est une exclamation banale pour une demande qui semble puérile. On voudrait juste échapper à l’œil qui nous fixe et nous assigne une place. Mais cette remarque n’ouvre-t-elle pas à d’autres textes plus politiques ? Orwell et l’omniscient Big Brother, « l’extimité » du « Loft » et de la « Star’Ac », les paparazzi et la façon dont ils déplacent les espaces publics et privés, les caméras de surveillance, Goffman et les « mises en scène » où l’on se dissimule, le « panoptique » de Michel Foucault, la photo sur les papiers d’une nouvelle identité construite par la tautologie d’un nom renvoyant à l’image de soi et réciproquement… Oui, c’est cela aussi : une transformation mondialisée des subjectivités. Un nouvel espace conjointement construit par un souci de la sécurité et par la rhétorique des feuilletons des télévisions et des films…

4Alors bien sûr, nos dossiers évoquent les risques d’une « exotisation » de l’autre en négligeant la signification qu’il accorde à ses signes et à ses objets en les réduisant à une pure forme esthétique uniformisée. Ils évoquent les usages d’une justice qui permet tous les jeux qu’invente la cupidité ou auxquels oblige la pauvreté. La manière dont des innovations techniques modifient des relations sociales… Bien sûr. Mais ils disent bien plus.

5Ils évoquent, en un point précis, la façon dont on passe d’une assignation de soi sous une désignation « scientifique » – ce que Sartre décrivait comme une « néantisation » – à la volonté d’entrer dans un espace de dialogue, dans une éthique de la discussion où quelles que soient ses origines géographiques ou sociales la description n’est que le premier moment de l’interlocution. Un moment où, tout jugement suspendu, on s’attache à comprendre avant de discuter à égalité. Autrement dit, ils évoquent ce moment où l’anthropologie débouche sur ce que Derrida nommait une politique de l’amitié. « L’expérience ethnographique n’est pas autre chose que ce travail de co-apprentissage par lequel, pour l’ethnographe comme pour ses hôtes, l’étrange devient familier » dit autrement Alban Bensa. L’autre n’est pas uniquement l’objet muet de notre savoir, il est l’indispensable partenaire de nos interrogations ou de nos confrontations.

6C’est à ce même parcours que nous vous convions lors de notre colloque d’Octobre 2007. Non pas chosifier les personnels de santé ou les patients sous de vastes rubriques et quelques tristes constats, mais imaginer les travaux nécessaires à la co-construction d’un nouvel espace de soins. Construire, en acte, une éthique du care comme un souci partagé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yannick Jaffré, « Une éthique du regard », Bulletin Amades [En ligne], 68 | 2006, mis en ligne le 09 juillet 2009, consulté le 01 novembre 2014. URL : http://amades.revues.org/350

Haut de page

Auteur

Yannick Jaffré

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org