Navigation – Plan du site
Thèses récentes

La place des parents dans les services hospitaliers d’enfants. Entre délégation, réappropriation et contrôle croisé des logiques de soins

Université Paris Descartes, Cerlis-CNRS, sous la direction de François de Singly, décembre 2007
Sarra Mougel-Cojocaru

Texte intégral

1Résumé de la thèse :

2Cette thèse étudie les fondements et les conséquences de la politique d’ouverture des services hospitaliers aux parents, dont le principe a été réaffirmé par la circulaire relative à l’hospitalisation des enfants datant de 1983. Cette ouverture fait aujourd’hui l’objet d’un large consensus qui semble avoir effacé sa dimension novatrice. Pourtant, l’univers de la pédiatrie hospitalière apparaît profondément transformé par ce que l’on pourrait qualifier de « révolution à bas bruit ».

3L’étude historique d’une politique qui a émergé plus tardivement en France qu’en Angleterre révèle le rôle-clé des travaux psychologiques sur les effets de la séparation parents-enfant dans la reconnaissance progressive de la nécessité d’ouvrir les portes de l’hôpital aux parents. Celle-ci a pris appui sur une nouvelle représentation de l’enfant malade dont les besoins émotionnels sont reconnus et dont le vécu dès la naissance est considéré comme décisif pour son avenir.

4Mais une fois les outils de conviction forgés, permettant d’affirmer la nécessité de maintenir les liens parents-enfant au cours de l’hospitalisation, restait posée la question de l’application pratique d’une telle politique.

5L’étude empirique de ses conséquences sur l’activité quotidienne des services hospitaliers révèle en effet un écart persistant entre les principes d’ouverture affichés et leur traduction sur la scène hospitalière. Un travail d’enquête de type socio-ethnographique avec insertion prolongée dans deux services de pédiatrie, un service d’hépatologie pédiatrique spécialisé dans les greffes de foie chez l’enfant et un service de pédiatrie générale, révèle ainsi l’ambivalence persistante des professionnels vis-à-vis de parents dont ils jugent la présence, certes, indispensable mais néanmoins gênante : en raison d’un risque de perturbation du fonctionnement des services et du contrôle qu’un certain nombre de parents exerce sur la qualité du travail réalisé par les professionnels de l’hôpital. La présence nocturne des parents suscite les plus fortes réticences comme en témoigne une absence de dispositifs d’accueil qui ne tient pas seulement au manque de moyens budgétaires, mais parfois à une volonté explicite des équipes. À l’instar de l’évolution déjà observée dans le cadre des soins à domicile, les parents n’en sont pas moins devenus des acteurs incontournables des soins hospitaliers. Pour permettre le raccourcissement de la durée des séjours et/ou le retour à domicile d’un enfant dont on peut désormais assurer la survie mais non la guérison, les professionnels leur délèguent en effet un certain nombre de tâches, qui relèvent des soins infirmiers dont ils font l’apprentissage à l’hôpital. Une telle délégation suppose de la part des professionnels d’évaluer la qualité de l’environnement familial de l’enfant et de participer à la définition de l’identité de parents d’enfant malade. La pédiatrie hospitalière, même la plus spécialisée, exerce donc une fonction de régulation de la vie familiale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sarra Mougel-Cojocaru, « La place des parents dans les services hospitaliers d’enfants. Entre délégation, réappropriation et contrôle croisé des logiques de soins », Bulletin Amades [En ligne], 73 | 2008, mis en ligne le 01 mars 2009, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://amades.revues.org/468

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org