Navigation – Plan du site
Publications récentes

A. Leca, F. Vialla (éds), Le risque épidémique : Droit, histoire, médecine et pharmacie

Alice Desclaux
Référence(s) :

A. Leca, F. Vialla (éds), Le risque épidémique : Droit, histoire, médecine et pharmacie, Aix-en-Provence, Presses Universitaires d’Aix-Marseille, 2003, 583 p.

Notes de la rédaction

Commandes par tel : 04.42.17.29.02, par fax : 04.42.17.29.03, par courriel : michel.garcin@univ.u-3mrs.fr 45 € + 4,10 € de frais de port.

Texte intégral

1Ce volumineux ouvrage rassemble une quarantaine de contributions faisant suite à un colloque sur le même thème. Le champ couvert est très vaste : si la société concernée est la société française (incluant les départements et territoires d’outremer), celle-ci est abordée d’un point de vue diachronique, des épidémies du Moyen Âge aux risques émergents de nos jours.

2Les risques abordés sont extrêmement divers, qu’on les approche sous l’angle de l’épidémiologie et des capacités de contrôle du risque au plan individuel et au plan collectif, sous l’angle de l’étiologie des risques (des risques « naturels » permanents aux risques du bioterrorisme), sous l’angle de la gravité et l’importance des risques associés à des pathologies souvent létales (de l’hépatite C à la maladie de Creutzfeld-Jacob), que sous l’angle des aspects sociaux qui régissent l’exposition au risque ou la pathologie. Les acteurs sont les médecins, les pouvoirs publics, les magistrats, la population et ses catégories sociales érigées en « groupes » eu égard à leur rapport aux risques (des nageurs aux adolescents, en passant par les transfusés et les populations néo-calédoniennes confrontées à la vaccination).

3L’ouvrage présente donc, dans une variété de situations historiques, la construction des responsabilités face au risque, telles que l’élaboration des textes juridiques et l’exercice de la justice et de la médecine, permettent de l’appréhender. Il constitue en quelque sorte une « anthropologie politique du risque sanitaire en France », car l’ensemble de ses chapitres donne à lire des discours sur les rôles (à propos du système de veille sanitaire et de ses institutions par exemple), les représentations de la place qu’occupe le social dans la genèse des risques (à propos du risque épidémique et de l’émigration par exemple), les confrontations de discours sociaux (dont le malade est le « support », comme l’illustre un chapitre intitulé « le médecin, l’avocat et l’hépatite C »), les rapports de pouvoir entre institutions, ainsi qu’entre les institutions et leurs autorités de tutelle tant dans le champ de la justice que dans celui de la santé (intriquant la légitimité scientifique et la logique économique autour, par exemple, de la contamination iatrogène de l’hormone de croissance), les confrontations des logiques sanitaires à la loi, la dynamique des tentatives de traitement juridique des risques (à propos notamment du risque nosocomial ou des applications et limites de la loi du 4 mars 2002). Il donne à voir toute la richesse de ce que peut aborder une anthropologie politique de la santé, au-delà d’une analyse foucaldienne en termes de biopouvoir. Comme les lieux et modes de production et d’exercice du pouvoir, les lieux de production et modes d’exercice du droit sont divers : cet ouvrage en donne un aperçu et ouvre de très nombreux terrains pour l’enquête et l’analyse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alice Desclaux, « A. Leca, F. Vialla (éds), Le risque épidémique : Droit, histoire, médecine et pharmacie », Bulletin Amades [En ligne], 56 | 2003, mis en ligne le 06 février 2009, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://amades.revues.org/643

Haut de page

Auteur

Alice Desclaux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org