Navigation – Plan du site
Thèses récentes

« Enfant de Soi, enfant de l’Autre ». La construction symbolique et sociale des identités à travers une étude anthropologique de la naissance chez les Touaregs (Kel Eghlal et Ayttawari Seslem de l’Azawagh, Niger)

Thèse de doctorat en Anthropologie Sociale et Ethnologie, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris, 581 p., 2 cartes, 72 documents graphiques et photographiques, glossaire touareg-français.
Saskia Walentowitz

Texte intégral

1Partant d’une approche anthropologique de l’avènement d’un enfant, depuis la conception jusqu’à la fin de la période post-natale, la thèse analyse les principes fondamentaux qui sous-tendent la construction symbolique et sociale des identités chez les Touaregs. Les données ethnographiques proviennent d’une enquête menée parmi les Inesleman (« religieux ») Kel Eghlal et Ayttawari Seslem vivant dans la vallée de l’Azawagh au Niger. L’analyse porte sur le processus global de la « fabrication » – mythique, physiologique et spirituelle – d’un enfant dans cette société musulmane berbère. Chaque aspect de ce processus éclaire différents domaines du système de parenté et d’alliance. L’étude, à partir de documents vidéographiques, des rites relatifs à la naissance complète cette analyse qui dégage progressivement la logique symbolique du système, fondé sur l’opposition complémentaire du masculin et du féminin conçue sur le modèle du couple frère-sœur.

2La recherche s’inscrit dans le courant de l’anthropologie de la naissance et de la petite enfance tout en étant basée sur un cadre théorique qui s’inspire globalement des travaux de Françoise Héritier autour des grammaires variables de « l’identique » et du « différent » découlant de la différence irréductible entre les sexes et de leurs rôles asymétriques sur le plan de la procréation. Elle participe également des approches novatrices, développées notamment par Pierre Bonte, des systèmes de parenté et d’alliance complexes autour de la Méditerranée, structurellement fondés sur un traitement différentiel des catégories de genre.

3Le premier chapitre introduit à l’histoire nuancée des Inesleman Kel Eghlal et Ayttawari Seslem et à leur rôle dans l’organisation socio-politique bicéphale. Il met l’accent sur la nécessité d’étudier les liens complexes entre le politique et le religieux dans un contexte historique, culturel et économique large. L’auteur présente également à cette occasion une étude ethnolinguistique de la tetserrét, le parler berbère archaïque des Ayttawari Seslem, non identifié par les linguistes berbérisants. Le second chapitre présente les données ethnographiques autour de la grossesse et la naissance, enrichies dans les trois chapitres suivants. Ceux-ci sont respectivement consacrés aux protagonistes principaux de la naissance : l’enfant, la mère et la communauté incluant le père et l’oncle maternel. Le troisième chapitre étudie en détail les relations complexes entre les identités consubstantielles, la notion de personne et le système de parenté et d’alliance profondément cognatique, incluant le domaine de la parenté de lait. L’étude des modalités d’attribution des noms, surnoms et sobriquets complète cette analyse. Le quatrième chapitre est consacré aux rites et soins déployés autour de la période post-partum et des relevailles, mis en rapport avec les rites et gestes ponctuant le cycle de vie d’une femme et la construction de la féminité (gavage, menstruation, mariage...) définie par les capacités de gestion de l’altérité qui est le domaine du masculin et des génies. Le cinquième et dernier chapitre est entièrement dédié aux rites et sacrifices de naissance qui réengendrent symboliquement l’enfant et le créent à l’image du cosmos. L’auteur s’intéresse enfin aux changements des rites de naissance dans un monde nomade en pleine mutation.

4Le fil conducteur de la thèse est le thème de la conjonction / disjonction du masculin et du féminin au sein d’une pensée symbolique qui vise à incorporer l’Autre en Soi afin de garantir la perpétuation de Soi à travers l’Autre. Ce thème est développé à partir de multiples fils qui tissent des liens analogiques entre le corps et ses substances, le monde social et le monde cosmique. L’étude esquisse la vision originale qu’ont les Touaregs du rôle que joue la femme dans la procréation : véritable clé de voûte de l’édifice social, la femme est à la base de la reproduction biologique, symbolique et sociale de la société, qui, fondée sur le couple frère-sœur, doit s’allier avec l’altérité pour assurer sa pérennité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Saskia Walentowitz, « « Enfant de Soi, enfant de l’Autre ». La construction symbolique et sociale des identités à travers une étude anthropologique de la naissance chez les Touaregs (Kel Eghlal et Ayttawari Seslem de l’Azawagh, Niger) », Bulletin Amades [En ligne], 56 | 2003, mis en ligne le 06 février 2009, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://amades.revues.org/650

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org