Navigation – Plan du site
Publications récentes

Marta Allué (éds), Discapacitados. La reivindicación de la igualdad en la diferencia

Bellaterra, Barcelona, 2003 (254 p.)
Josep Maria Comelles et Maria José Valderrama
Référence(s) :

Marta Allué (éds), Discapacitados. La reivindicación de la igualdad en la diferencia, Bellaterra, Barcelona, 2003 (254 p.)

Texte intégral

1S’il est déjà difficile de faire de l’eth­nographie à partir de sa propre culture, à plus forte raison à partir de son expé­rience personnelle. Du cœur de cette expérience, Marta Allué (auteur de Perder la piel, Planeta, 1996), nous présente cette fois-ci un texte qui se veut explicatif et revendicatif, à partir d’un univers qui est devenu le sien, celui du handicap.

2Texte sérieux, teinté d’humour, mais dont la critique subtile qui caractérise l’auteur n’est pas absente. Se plaçant du côté des handicapés – ou « per­sonnes non standard » –, elle analyse les relations qui s’établissent avec les autres. Les manifestations de ces rela­tions – comparaisons, interactions sou­vent limitées, parfois marginalisantes –, que l’univers des biens portants renvoie aux handicapés, signifient essentielle­ment l’exclusion des personnes ayant un handicap.

3Tel un voyage initiatique sans pos­sible retour, Marta part du point de rup­ture qu’un accident a représenté dans sa vie et qui désormais la définit so­cialement comme handicapée physique. Son travail est centré sur les attitudes des personnes bien portantes face à la différence, dans notre ici et maintenant socioculturel. L’ouvrage vise donc la « …description et l’analyse des bar­rières sociales qui se dressent entre les uns et les autres, et les causes qui les produisent » (p. 20). Il passe en revue les différentes manières « avec les­quelles les autres nous nomment ». L’auteur analyse le handicap en tant que stigmate (au sens de Goffman). Elle parle de l’expérience de la perte à travers le témoignage de personnes qui, comme elle, pour différentes raisons (accident, maladie, …), « acquièrent » un handicap : il y a un avant et un après en rapport au travail de deuil et aux difficultés liées à la récupération d’une totale autonomie personnelle et non seulement motrice. Elle souligne l’effort personnel pour accepter comme néces­saires – et même comme partie inté­grante du corps – les instruments tech­niques et mécaniques qui facilitent cette autonomie (cannes, chaises roulantes, prothèses, …) et l’ambivalence qu’ils provoquent : « les objets orthopédiques nous aident, suppléent et masquent les déficiences, les font plus aimables, mais le regard interrogateur des autres scrute toujours au-delà, sondant le stigmate » (p. 133).

4Ainsi, c’est dans le regard de l’autre que se manifeste la première évaluation sociale, la première réponse : « le re­gard de l’autre dans le processus d’in­teraction entre les handicapés et les biens portants est un des sujets qui revient systématiquement dans l’ana­lyse et la description des conduites face à la différence » (p. 135).

5L’intéressant chapitre consacré aux barrières physiques est un abrégé d’« anecdotes » qui pourraient être drôles si elles n’avaient pas un côté tragique. Il s’agit de situations qui en­travent sérieusement le déroulement d’une vie quotidienne « normale » et qui, souvent, transforment en terrible calvaire – saut d’obstacles compris – ce qui serait une agréable promenade pour quelqu’un de bien portant, par exemple une promenade à travers le vieux quar­tier de n’importe quelle ville joliment res­taurée et revêtue de pavés. Il faut prendre en compte que les barrières architecturales limitent l’accès à l’es­pace social, aussi bien pour les loisirs que pour le travail.

6Ce texte apporte un matériel très riche à la réflexion générale sur l’exclu­sion. Nous le considérons comme un matériel de travail essentiel pour les professionnels de la santé qui s’oc­cupent des handicapés, car il nous offre une approche de cette autre réalité qui est perçue par ce collectif comme proche et lointaine en même temps.

7Marta souligne, pour finir, que per­sonne n’est à l’abri du handicap et que, pour cette raison, le collectif des handicapés, au même titre que celui des biens portants, est complexe et hété­rogène : « les personnes handicapées ont donc des problèmes communs, mais nous ne sommes pas égaux (…) ce qui nous unit est la revendication de droits et la recherche d’une meilleure qualité de vie, qui suppose nécessairement l’ouverture vers l’extérieur » (p. 238). En conclusion elle affirme que toute propo­sition doit se situer dans l’inclusion et pas dans l’exclusion.

8Le texte est préfacé par Françoise Loux et est accompagné d’une biblio­graphie commentée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Josep Maria Comelles et Maria José Valderrama, « Marta Allué (éds), Discapacitados. La reivindicación de la igualdad en la diferencia », Bulletin Amades [En ligne], 55 | 2003, mis en ligne le 01 septembre 2004, consulté le 28 août 2014. URL : http://amades.revues.org/696

Haut de page

Auteurs

Josep Maria Comelles

Articles du même auteur

Maria José Valderrama

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org