Navigation – Plan du site
Parutions
5

J.M. Comelles, Stultifera navis. La locura, el poder y la cuidadMarie-José Valderrama

Ed. Milenio, Lleida, 2006,  407 p.
p. 9-10
Référence(s) :

J.M. Comelles, Stultifera navis. La locura, el poder y la cuidad., Ed. Milenio, Lleida, 2006,  407 p.

Texte intégral

1L’ouvrage est issu du "Mémoire d’agrégation en Anthropologie Sociale" de l'Université de Tarragone où l’auteur enseigne l'anthropologie médicale depuis plus de 25 ans. Ce texte s'inscrit dans le noyau central des recherches de J. M. Comelles : l'histoire sociale de la médecine. L’auteur y conduit une étude approfondie sur l'histoire des soins en santé mentale de sa ville, Barcelone, d'une manière originale. A travers une analyse de l'évolution historique des soins aux personnes internées dans les institutions psychiatriques, il met en parallèle les modalités de gestion institutionnelle d’assistance et de soins aux personnes qui ont vécu dans ces institutions, avec l'évolution sociopolitique, économique et immobilière de la ville. Le récit qui en découle est rythmé par les changements qui se sont produits pendant le XXº siècle, notamment de la période qui va de l'Asile à sa transformation en  Hôpital Psychia-trique, puis à sa réforme (qui pour nous reste encore comme "matière à passer"). L’auteur propose ainsi une description à deux échelles : celle de l'évolution historique de l'institution (de sa structure, de sa gestion économique et son fonctionnement), ainsi que celle de l'évolution des soins en santé mentale. Sa recherche retrace le parcours des soins en santé mentale allant du modèle d'assistance asilaire, jusqu'aux changements suscités par les débats et confrontations entre l’ancien modèle de soins en santé mentale et les nouvelles propositions d’une "Réforme Psychiatrique" qui se forgeaient alors en Europe.

2Sa double formation en psychiatrie et en anthropologie lui a permis de réaliser cette recherche entre 1973 et 1980 dans l'ancien asile de la ville de Barcelone où il travaillait comme psychiatre. C’était un établissement appartenant à l'Hôpital Sant Pau. Pendant cette période, l'Hôpital hébergeait un grand nombre de malades mentaux chroniques, femmes et hommes de la province (département) de Barcelone, dans un vieil édifice dont la vétusté des salles témoignait d'une gestion de l'espace et des soins aux malades ancrée dans le modèle de l’asile et encore loin des nouveaux modèles proposés par la Réforme Psychiatrique.

3L'Hôpital Psychiatrique fut construit à la fin du XIXº siècle dans la périphérie de la ville grâce aux apports de fonds provenant de quelques familles appartenant à l'oligarchie catalane. Le développement de la ville et l'aménagement progressif de nouveaux quartiers l'avaient situé dans une zone considérée comme privilégiée du point de vue immobilier, augmentant ainsi la valeur des terrains. Pendant ces années, l'Hôpital de Sant Pau, propriétaire de cette "maison des fous", décida de régler ses dettes moyennant la vente d'une partie de son extension aux sociétés immobilières. L'auteur met en rapport l’entrelacement de l'histoire de l'Hôpital Psychiatrique de Barcelone, avec celle du secteur immobilier de la ville, pendant la fin du franquisme. Dans cette perspective il s’efforce de comprendre non seulement l'Asile, mais aussi la transition politique espagnole au sein de sa ville …. et lui-même, dans sa double identité de psychiatre et d'anthropologue.

4Ce qui avait commencé comme un projet d'analyse des interactions entre malades et personnel soignant inspiré par la psychologie sociale est devenu grâce à sa formation en anthropologie, un essai pour expliquer et s'expliquer à soi-même une réalité complexe dans laquelle il ne se sentait pas à l'aise : « perdu dans le labyrinthe  de mes ambivalences, je ne comprenais ni l'agonie de l'Asile ni celle de la dictature, pas plus que celle d'une psychiatrie qui exigeait de moi de faire le compte rendu de mon "savoir-faire" professionnel ».

5Il s'agit donc d'un essai explicatif ainsi que du récit d'un voyage en solitude dont le but est double: pour l’auteur, d’une part, de démêler le conflit avec un hôpital psychiatrique ancré du point de vue architectural et de l’assistance dans une conception dépassée de la folie. D’autre part, de démêler les différentes dimensions de son identité, celle de médecin, de psychiatre et d’anthropologue, et de pouvoir le faire dans un contexte médiatisé par la Réforme Psychiatrique, la fin de la dictature, et l'essor des affaires immobilières.

6Cette recherche  est complétée par un travail réalisé a posteriori dans les archives de la ville et du même Hôpital, afin de faire sortir de l'oubli une histoire écrite mais occultée. Une magnifique collection d'images illustrant l'histoire de l'assistance en santé mentale accompagne le texte.  Cet ouvrage apporte un matériel très riche pour l’analyse des réformes des institutions psychiatriques espagnoles, dans une période historique relativement proche et marquée par un contexte sociopolitique complexe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« J.M. Comelles, Stultifera navis. La locura, el poder y la cuidadMarie-José Valderrama », Bulletin Amades, 72 | 2007, 9-10.

Référence électronique

« J.M. Comelles, Stultifera navis. La locura, el poder y la cuidadMarie-José Valderrama », Bulletin Amades [En ligne], 72 | 2007, document 5, mis en ligne le 13 juillet 2009, consulté le 29 novembre 2014. URL : http://amades.revues.org/71

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org