Navigation – Plan du site
Compte rendu de rencontre

Rencontre ANRS des sites Asie du Sud-Est (Cambodge et Vietnam)

Institut Pasteur de Hô Chi Minh Ville, Vietnam, 9-12 mars 2009
Pascale Hancart Petitet

Texte intégral

  • 1  Dr Tran Ngoc Huu, Director of the Institut Pasteur in Hô Chi Minh Ville, Jean-François Delfraissy, (...)

1Ces trois journées scientifiques à Hô Chi Minh Ville rassemblaient environ 150 personnes dont de nombreuses personnalités de la riposte au sida1 autour de Françoise Barré Sinoussi, prix Nobel de Médecine 2008 et Lien Truong Xuan, coordinatrice du ANRS Vietnam, amies et porteuses de projets communs depuis 25 ans. La complicité de ces deux femmes, célébrée à plusieurs reprises, semblait vouloir porter un message fort en cette période de démantèlement institutionnel de la recherche : le monde des possibles engendré par la rencontre des individus.

2La première matinée a permis de dresser un état des lieux des programmes nationaux au Cambodge et au Vietnam, puis de l’histoire de l’ANRS en Asie du Sud-est et de ses principales orientations en matière de recherche. Plusieurs communications ont approché divers thèmes en lien avec le traitement des co-infections HIV/ tuberculose d’un point de vue épidémiologique, pharmacologique, immunologique et clinique. Le deuxième jour était consacré, en premier lieu, aux questions relatives au traitement antirétroviral chez les adultes, avec la présentation des dernières données produites dans le cadre des essais cliniques menés dans les pays du Nord et suite aux essais cliniques menés par l’ANRS au Sud. Enfin Éric Delaporte, directeur de l’UMR 145 de l’IRD Montpellier avec lequel certains chercheurs du CReCSS collaborent actuellement  a présenté les objectifs et le fonctionnement du groupe de travail « Perspectives de la recherche sur les antirétroviraux dans les pays du Sud ».  En second lieu, les enjeux de la surveillance virologique des personnes sous ARV ont été abordés, en particulier en ce qui concerne la résistance aux traitements, les techniques de mesure de la charge virale, et les configurations génétiques pouvant expliquer certaines résistances médicamenteuses. Puis, plusieurs questions relatives à la prévention de la transmission mère-enfant du VIH et des hépatites virales ont permis de présenter les dernières directives de l’OMS en la matière, lesquelles, comme l’a souligné François Dabis semblent en retard par rapport au protocole mis en place actuellement dans des pays du Sud. Par ailleurs, des chercheurs ont présenté leurs travaux concernant l’essai d’un nouveau traitement (TDF/FTC Truvada), le montage de programmes médicaux et les défis cliniques et génétiques posés par les cas des mères co-infectées par le VIH et le virus de l’hépatite B. Plus tard, la session sur le thème du traitement des enfants était utile en tant qu’actualisation des données concernant la situation épidémiologique, les traitements utilisés et les programmes de l’ANRS en cours sur ce sujet. Les questions posées par la possibilité du diagnostic précoce dans les premières heures qui suivent la naissance d’enfants nés de mère vivant avec le VIH ainsi que certains déterminants sociaux de l’accès aux soins pour les enfants ont été approchés. En une fin d’après midi autant aussi ?intéressante qu’épuisante parfois, en particulier lorsque le locuteur semblait avoir oublié qu’il s’adressait à une assemblée pluridisciplinaire, certains aspects en lien avec les indicateurs de qualité dans la recherche clinique des pays du Sud ont été présentés.

  • 2  Ce projet s’insère dans l’Action Coordonnée 27 de l’ANRS.
  • 3  L’objectif de ce programme est « […] d’assurer un contrôle rigoureux de la qualité des médicaments (...)

3Le troisième et dernier jour, les chercheurs des sciences sociales ont rendu compte, en particulier, de certaines dimensions  « appliquées » de leurs travaux. Ainsi, les questions liées aux traitements antirétroviraux ont été abordées de plusieurs points de vue.  Pour ouvrir la session, B. Coriat a présenté les objectifs et certains résultats d’un important projet mené actuellement au sujet des aspects économiques de l’épidémie à VIH et de l’accès aux soins dans les pays du Sud2. Ce projet comprend deux axes principaux : (1) Droit de propriété intellectuelle, médicaments génériques et approvisionnement en médicaments (2) Politiques de santé publique et accès aux soins. A ce terme, les questions pertinentes à explorer concernent (a) les « synergies positives » entre les fonds internationaux (Global Fund, Unitaid, Pepfar) et les fonds levés localement, (b) la qualité des médicaments génériques dans le contexte du programme de pré qualification de l’OMS3. Les travaux de Gaëlle Krikorian, menés au Maroc et en Thaïlande permettent de documenter les impacts des régulations de la Propriété intellectuelle (PI) sur l’accès aux médicaments. Elle aborde les processus d’élaboration des normes en la matière, les dynamiques de négociation entre les acteurs, et les enjeux soulevés par la PI au niveau national et international. Sophie Le Cœur a évoqué certains aspects sociaux de l’impact des antirétroviraux sur les personnes vivant avec le VIH d’un point de vue démographique. Par ailleurs, elle a présenté un outil de reconstruction biographique, qui peut s’avérer très pertinent pour mettre en perspective des données qualitatives.

4Nous étions trois représentants du Cambodge à présenter nos travaux dans ce panel. Fréderic Bourdier a évoqué certaines questions en lien avec l’émergence de la société civile cambodgienne face au sida. Le manque de pouvoir social des acteurs, leur absence de crédibilité et de cohésion se jouent dans un contexte où l’implication des personnes vivant avec le VIH dans l’élaboration des stratégies et des programmes est encouragée par les organisations internationales mais n’est pas partagée par le gouvernement cambodgien.

5La communication de Mony Penh, la coordinatrice du Cambodian Comitee for Women (CCW) a fait l’unanimité. Elle a présenté de manière convaincante et illustré les enjeux de l’implication des femmes dans la riposte au sida au Cambodge, par exemple, en terme de conflits d’intérêts entre les acteurs des niveaux « communautaires » et nationaux, et de manipulations dont les femmes du CCW sont victimes en raison de leur manque de pouvoir en général et de leur absence dans le comité national cambodgien en charge de la gestion de l’épidémie à VIH. Par ailleurs, elle a regretté que les résultats des nombreuses études menées au sujet auprès ? des femmes au Cambodge ne soient pas rendues aisément disponibles et traduites en termes d’action.

6J’ai présenté pour ma part le projet ANRS 12102 consacré à l’étude des dimensions sociales de l’hygiène en milieu de soins au Cambodge, dont les différents volets ont permis d’approcher la construction sociale des pratiques de soins. Il s’agit par exemple de la catégorisation des patients, de l’organisation sociale hospitalière, de l’inter pénétration de pratiques « officielles » et « non officielles » dans les milieux de soins formels et informels. Ce projet soulève des questions de santé publique majeures comme par exemple la fréquence des pratiques à risques lors des avortements. L’enjeu était de rappeler que la recherche sur une question appliquée peut d’une part contribuer, concrètement, à l’amélioration des stratégies et des activités en terme de soins et, d’autre part, se révéler un objet heuristique pertinent pour notre discipline.

7Ainsi, mener une étude dans le cadre des programmes de l’ANRS représente pour un chercheur une latitude que de telles rencontres viennent d’autant plus éclairer. La richesse d’une interdisciplinarité construite autour d’une cause commune, la multitude des objets de recherche ainsi révélée, la dynamique des échanges, parfois malaisée il est vrai, mais toujours possible et créative, le poids de réseaux d’acteurs construits de longue date entre le Nord et le Sud, la préoccupation portée à la diffusion et à la visibilité des résultats sont autant d’atouts à souligner.

Haut de page

Notes

1  Dr Tran Ngoc Huu, Director of the Institut Pasteur in Hô Chi Minh Ville, Jean-François Delfraissy, directeur de l’ANRS, François Dabis, Eric Van de Perre et bien d’autres.

2  Ce projet s’insère dans l’Action Coordonnée 27 de l’ANRS.

3  L’objectif de ce programme est « […] d’assurer un contrôle rigoureux de la qualité des médicaments génériques et des médicaments brevetés. […] Ainsi les agences et les organismes qui gèrent l’approvisionnement en médicaments savent que les produits pré qualifiés par l’OMS sont de qualité garantie sans être obligés de les tester eux-mêmes » http://www.revuemedecinetropicale.com/549-551_-_sm_-_gross.pdf

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascale Hancart Petitet, « Rencontre ANRS des sites Asie du Sud-Est (Cambodge et Vietnam) », Bulletin Amades [En ligne], 77 | 2009, mis en ligne le 01 avril 2010, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://amades.revues.org/767

Haut de page

Auteur

Pascale Hancart Petitet

pascalehp@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org