Navigation – Plan du site
Parutions

Bernard Roy, Sang sucré, pouvoirs codés, médecine amère. Diabète et processus de construction identitaire : les dimensions socio-politiques du diabète chez les Inuus de Pessamit

Québec, Presses de l’Université Laval, 2002, 247 pages.
Jean Benoist
Référence(s) :

Bernard Roy, Sang sucré, pouvoirs codés, médecine amère. Diabète et processus de construction identitaire : les dimensions socio-politiques du diabète chez les Inuus de Pessamit, Québec, Presses de l’Université Laval, 2002, 247 pages.

L’auteur cherche à mettre en évidence l’ensemble de facteurs sociaux, politiques, économiques et culturels qui semblent à l’origine d’un développement « épidémique » du diabète en milieu autochtone. Dans un contexte d’exclusion, à travers le rapport au corps et à l’acte alimentaire, entre en jeu un système de codes identitaires déterminant le devenir de la maladie. Dépassant la seule population étudiée, cet ouvrage contribue à la connaissance de l’accroissement rapide des taux de prévalence du diabète dans les milieux défavorisés. N’oublions toutefois pas que le diabète fait aussi partie des pathologies de « riches ». Dommage d’une façon générale que ce travail bien documenté cède à la facilité lorsqu’il cherche à devenir « théorique », ce qui conduit à des affirmations naïves : « En ne prenant compte que les éléments d’ordre biologique, la biomédecine contribue à négliger les facteurs sociaux à l’origine de la maladie tels que la malnutrition, l’insécurité et la précarité économique, la pollution, l’insalubrité des habitations », p. 18 (sic !). On se demande s’il s’agit d’ignorance ou d’idéologie… On retrouve aussi l’écho d’autres naïvetés, qui sonnent maintenant comme des archaïsmes (« en intervenant au niveau du corps, le système médical est impliqué à un niveau micropolitique. Il se fait complice du projet hégémonique de l’État », p. 26). Cela n’enlève rien à la valeur documentaire du travail ni à ses efforts pour aller au-delà de simples constats statistiques, mais ôte une part de la crédibilité de ses interprétations.

Saluons ici le premier volume d’une nouvelle collection, dirigée par Francine Saillant : « Sociétés, cultures et santé », aux Presses de l’Université Laval.

  • Revues.org