Navigation – Plan du site
Thèse récente

Le regard réciproque : ethnographie des désordres psychologiques à l’île de la Réunion

Thèse soutenue en juin 2002 à l’Université d’Aix-Marseille
Jacqueline Andoche

Texte intégral

1Dans cette thèse de trois volumes (659 pages plus une annexe photos), Jacqueline Andoche se propose de rendre compte sur la base d’enquêtes ethnographiques menées de 1986 à 1990, de l’existence d’une culture créole et du traitement de la différence dans l’univers pluriel réunionnais.

2Pour cela, elle a choisi d’étudier les conceptions du malheur psychologique, les conditions socio-culturelles de sa gestion au quotidien, ainsi que les principes mis en œuvre et les logiques sous-jacentes à sa prise en charge par des guérisseurs locaux. Ceci la conduit à mettre en valeur l’existence de savoirs séculairement façonnés par la rencontre de traditions et de cultures multiples, convergents et divergents, s’imposant pour fournir un cadre d’interprétation et de prise en charge à la fois autre et complémentaire de celui qu’offre la psychiatrie moderne. Dans ce cadre, les désordres qu’on pourrait dire de nature psychopathologique ne sont pas appréhendés sous leurs seuls angles mentaux ou psychiques. Ils s’inscrivent dans une dynamique d’ensemble dont la rupture d’équilibre conduit à questionner l’état de l’âme et du corps, les relations de l’homme avec l’univers visible et invisible.

3Bien qu’accordant la prépondérance à la description des faits observés, cette thèse n’est pas une monographie au sens classique du terme. Elle repose sur l’éclatement de la démarche sur plusieurs terrains : le sud et l’Ouest de l’île ; la rencontre avec des interlocuteurs d’origines culturelles et sociales sensiblement différentes, demeurant tant en milieu rural qu’en milieu urbain, frappés ou non d’un malheur d’ordre psychologique ; la récolte de données aussi bien auprès de guérisseurs se réclamant de traditions et d’origines diverses, de groupes religieux implantés de longue date (christianisme, hindouisme, cultes africains et malgaches) et de mouvements nouveaux (pentecôtisme) ; d’institutions de santé mentale dont l’usage interfère avec la pratique religieuse et les actes de soin.

4Cette approche pluridimensionnelle s’est néanmoins réalisée sur la base du choix d’un ensemble privilégié de populations : des Créoles « Petits Blancs », descendants de colons paupérisés, et des Métis. L’observation de leurs échanges avec les configurations humaines voisines s’est montrée comme une piste féconde pour l’étude des soubassements culturels et sociaux des conduites relatives à l’interprétation créole de la psychopathologie, ainsi que pour celle des manières locales de gérer la différence. Partie de ce projet qui initialement se voulait une approche anthropologique objective et distanciée, le chercheur s’est vite heurtée au fait qu’elle appartenait à la société étudiée et qu’il lui fallait prendre en compte cette réalité. Sa recherche s’est donc poursuivie sur la base d’une rupture méthodologique visant à intégrer à la construction classique de son objet des données relatives à sa subjectivité et aux conséquences relatives à son implication dans la réalité locale.

5Le premier volume de la thèse, intitulé « Cadre pour mettre en forme un sujet », porte sur cette reconstruction obligée. Tout en délimitant le contexte de sa recherche, une société créole et plurielle, l’auteur livre et analyse des éléments de son histoire personnelle et de son itinéraire d’ethnographe afin d’établir la distance scientifiquement requise avec son objet.

6Les deux autres volumes (« Désordres dits, désordres vécus », « Des ‘traiteurs’ face aux désordres ») constituent l’ethnographie proprement dite des désordres et de leur traitement parmi les personnes interrogées. Alliant une approche généralisante à des études de cas, elles s’organisent autour de deux idées principales : rendre compte des soubassements et des logiques sociales qui fondent les pratiques collectives de l’énonciation, du vécu, de l’interprétation et de la gestion des désordres ; restituer sur la base de ce cadre global les problématiques individuelles et singulières qui réciproquement alimentent et se nourrissent des conceptions et des pratiques partagées. Dans son approche des troubles soignés, la thèse est riche de données et de réflexions qui permettent la confrontation de la nosologie des malades (et donc des thérapeutes  étudiés) avec celle de la médecine et de la psychologie. Il y a là des pistes qui conduisent vers des domaines appliqués pour lesquels la demande est grande à la Réunion et qui donneront un écho certain à cette thèse.

7L’auteur présente ce travail sur le double registre de l’idiosyncrasique et du collectif, comme la façon qui lui est apparue la plus appropriée pour rendre compte des processus constants de réinterprétation et de réinvention qui fondent l’art de vivre créole et d’une façon plus précise les manières originales qu’il propose pour gérer les malheurs dont les désordres psychologiques. Elle le situe aux confins théoriques d’une anthropologie médicale et d’une ethnopsychiatrie : position qui la conduit à ne négliger ni la question du religieux, ni celle de l’approche des faits contemporains de société. Dans la mesure où elle accorde une large place à l’interférence de la subjectivité du chercheur avec la collecte de son matériau, ainsi qu’aux effets en retour sur la personne de ce chercheur et sur la présentation finale de son objet, du regard que ceux qu’il observe portent sur lui, cette thèse met aussi en valeur les phénomènes interactifs importants dans toute recherche ethnographique.

8« Le regard réciproque » du chercheur et du milieu fait naître des observations fines sur les rapports avec les personnes observées, tout en disant bien surtout cette façon si spécifique à tout membre d’une société créole de ne jamais pouvoir bien distinguer l’autre de soi : métissages, ambivalence des appartenances, pluralisme des croyances et des identifications, font à la fois tenir pour autre ce qui est observé et découvrir par cette observation que c’est aussi une composante du soi jusque-là occultée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacqueline Andoche, « Le regard réciproque : ethnographie des désordres psychologiques à l’île de la Réunion », Bulletin Amades [En ligne], 52 | 2002, mis en ligne le 09 juillet 2009, consulté le 23 novembre 2014. URL : http://amades.revues.org/866

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org