Navigation – Plan du site

Les dimensions sociales et culturelles de la santé en Inde

Programmes de recherche de l’Institut Français de Pondichery (French Institute of Pondicherry) 11, Saint-Louis Street, PB 33 Pondicherry 605001, INDIA
Patrice Cohen

Texte intégral

1Mis au point et coordonné par Patrice Cohen (patrice.cohen@ifpindia. org) depuis novembre 2000, ce programme concerne plus particulièrement les continuités et les changements des comportements de santé. À travers la façon de faire face à des épidémies émergentes, la façon de manger ou de se soigner, il prend en compte la diversité des systèmes de prise en charge de la santé et de la maladie : le système biomédical dominant sous-tendu par les conceptions modernes de la médecine scientifique (secteurs public et privé), les médecines savantes formant l’Indian Systems of Medecine (ayurveda, siddha, unani, homéopathie), les spécialistes populaires, les conceptions religieuses et spirituelles de la santé. Dans les zones les plus urbanisées comme dans les zones rurales, ce pluralisme médical peut se traduire, selon les affections, les individus et leur groupe d’appartenance, par des recours combinant des soins du corps, des soins médicaux ou des soins religieux. La gestion de la santé et les questions relatives à la prévention et au traitement doivent être alors traitées dans la compréhension des dynamiques sociales et culturelles

2Ce programme a renforcé cette année la thématique relative au sida, les actions de coopération avec les institutions indiennes, et développé ses recherches sur divers aspects du pluralisme médical. Par ailleurs, le coordinateur a organisé plusieurs séminaires favorisant la présentation de travaux sur ce sujet et des échanges tant avec des chercheurs français qu’indiens.

• Transmission de l’infection à VIH /sida de la mère à l’enfant par l’allaitement en Inde - approches anthropologiques et psycho-sociologiques :

3L’approche anthropologique et psychosociologique de l’allaitement relativement au sida en Inde du sud est dirigée par P. Cohen, en coordination avec le programme international mis en place par Alice Desclaux (Université d’Aix-Marseille) sur l’approche anthropologique de l’allaitement en rapport avec le sida en Afrique et au Cambodge. Financé dans une première phase sur crédits spécifiques de coopération du Ministère des Affaires Etrangères, il aborde la question par trois voies : 1) la compréhension socio-culturelle des modes et techniques de l’allaitement en Inde du sud, 2) celle du vécu des femmes VIH+ dans leur choix quant à l’allaitement, à l’alimentation, et aux recours thérapeutiques, 3) l’exploration des acteurs et des institutions du système de santé impliqués dans l’accueil des personnes contaminées, dans le counselling et les soins. Une première partie de ce projet (juin 2001 - mai 2002) a permis de mettre en place les moyens nécessaires à son développement. Dans le cadre de la coopération franco-indienne, une collaboration est établie avec la fondation médicale YRG Centre of Aids Research and Education (YRG Care) dirigée par Dr. Suniti Solomon (Chennai). Le projet du département des sciences sociales a été accepté par son comité d’éthique. Un projet commun a été déposé à l’Indian Council of Medical Research (ICMR) pour obtenir son accord. Une réflexion commune a été effectuée sur des documents d’enquête , et des travailleuses sociales spécialisées de YRG Care formées en ethnographie serviront de traductrices pour les enquêtes avec les femmes porteuses du virus.

4Deux dimensions sont développées en parallèle :

5a) Une dimension psycho-sociologique concerne les femmes porteuses du virus et leur positionnement vis-à-vis de l’allaitement : Florence Pittolo (Dr. en psychologie sociale) a eu une bourse post-doctorale de 7 mois (septembre 2001 - avril 2002) pour développer cette dimension. Un état de la question psychosociologique sur l’allaitement a été dressé aussi bien dans des perspectives informatives grand public, sanitaires, médicales que de soutien psychosociologique et social sur ses registres individuels, familiaux, communautaires et institutionnels. En collaboration avec YRG Care, une recherche sur une approche des dimensions psycho-sociologiques des femmes porteuses du virus en âge ou en situation d’allaiter est programmée sur trois sites : Chennai, Pondichery et Namakal.

6b) Une dimension anthropologique porte sur les facteurs sociaux et culturels de l’allaitement :  

7Il s’agit de définir les facteurs qui, en population générale, influencent les choix et les manières d’allaiter ou de nourrir son enfant. Une approche communautaire de l’alimentation de la mère et de son nourrisson dans une zone rurale du Tamil Nadu à forte mobilité professionnelle a été mise en place (R. Parthesarathy). L’exploration des acteurs sociaux œuvrant dans les conseils aux femmes allaitantes et à leurs enfants est menée complémentairement à cette étude (P. Cohen, Venkatasubramanian, R. Parthesarathy,). Des financements ont été demandés à l’ANRS, Paris et au Sidaction, Paris.

8Afin d’assurer une recherche en phase avec les chercheurs indiens, et d’échanger sur cette thématique, le séminaire « Indo-French Round-table on HIV/Aids Mother to Child Transmission in India: a Social Sciences Approach » a été co-organisé par P. Cohen et le Dr. Suniti Solomon (YRG Care, Chennai) les 9 et 10 avril 2002 à l’IFP. Dans le cadre de la coopération franco-indienne divers spécialistes en sciences sociales, en biologie, en médecine autant français qu’indiens y ont mené une reflexion sur l’apport des sciences sociales à l’étude des facteurs sociaux, culturels et psychologiques liés à la transmission de l’infection VIH de la mère à l’enfant.

• Pluralisme médical et pratiques thérapeutiques :

9Cet axe est développé par des doctorants, boursiers ou affiliés au département des sciences sociales.

10Les relations alimentation/santé sont étudiées par R. Parthesarathy qui a commencé son terrain en 2001 par une approche communautaire de village dans le district de Villupuram, Tamil Nadu. Cette recherche, qui s’intéresse aux pratiques alimentaires des femmes, et des mères et de leurs enfants, étudie notamment le rôle des acteurs de santé et les conséquences des campagnes et actions de prévention contre les pathologies nutritionnelles dans la prévention de l’infection VIH/sida.

11Brigitte Sébastia dans une recherche sur la « maladie mentale » et la possession étudie le sanctuaire de Puliyampatti (Tamil Nadu). Elle aborde le choix du religieux comme forme thérapeutique pour un ensemble de troubles catégorisés par la médecine occidentale comme « maladies mentales » ou « maladies métaboliques ». B. Sébastia a exploré la manière dont les patients interprètent et expriment leurs troubles, et les moyens dont ils disposent pour les apaiser. Ainsi seront approfondis l’expression des symptômes à travers la possession ainsi qu’à la place et à la participation des parents accompagnateurs dans le processus thérapeutique. Un Pondy Paper in Social Sciences a été publié au premier semestre 2002 sur son analyse du lieu de culte de Velankanni, Tamil Nadu.

12L. Pordié étudie la médecine tibétaine à travers l’analyse du pluralisme médical en Inde. Le Ladakh, enclave de l’Inde himalayenne, offre un exemple de l’accélération de la transformation de la façon de prendre en charge la santé et la maladie : déclin des structures traditionnelles et émergence de nouveaux pouvoirs dans le champ de la santé. Étudiant les pratiques médicales traditionnelles au Ladakh depuis plusieurs années, L. Pordié explore leurs mécanismes stratégiques et adaptatifs. La communauté des praticiens de la médecine tibétaine mobilise divers registres pour répondre aux exigences de la modernité, affirmer la validité de ses pratiques et obtenir une reconnaissance sociale. Les nouvelles modalités de légitimation, ainsi que la dialectique entre identité sociale et identité médicale sont analysées au travers du cadre général de la professionnalisation de la médecine tibétaine. Un ouvrage dirigé par L. Pordié Exploring Tibetan medicine in contemporary context - Perspectives in Social Sciences constitué de contributions de spécialistes de la question sera publié avec l’aide de l’Institut Français.

13Par ailleurs, plusieurs séminaires intra-muros ont permis à des chercheurs français et indiens de présenter leurs recherches sur le thème de la santé en Inde : séminaire de doctorants sur la santé en Inde avec présentation de projets de recherche, séminaire « Les sciences sociales à l’étude de la santé en Inde » et l’« Indo-French seminar : Social Sciences studying Health in India ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrice Cohen, « Les dimensions sociales et culturelles de la santé en Inde », Bulletin Amades [En ligne], 51 | 2002, mis en ligne le 15 juillet 2009, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://amades.revues.org/873

Haut de page

Auteur

Patrice Cohen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org