Navigation – Plan du site
Parutions

Olga Viñuales, Identidades lésbicas

Ed. Bellaterra, Barcelona 2000 (198 pages). Préface d’O. Guasch
Josep M. Comelles et Maria José Valderrama
Référence(s) :

Olga Viñuales, Identidades lésbicas, Ed. Bellaterra, Barcelona 2000 (198 pages). Préface d’O. Guasch

Texte intégral

1L’auteur, anthropologue de formation, fait partie d’un groupe de recherche très actif de l’Université de Barcelone (Estudios de Parentesco y Género). Ce livre, issu de la première Thèse de Doctorat d’un anthropologue en Espagne sur l’homosexualité féminine, relaie les recherches d’Oscar Guasch et Begoña Enguix qui entre 1990 et 1995 ouvrirent ce champ à partir de deux thèses. Dans la société ibérique, l’homosexualité féminine est stigmatisée comme marginale et “antinaturelle” ; réalité cachée, sa visibilité sociale est bien moindre que celle de la masculine. L’objet de la recherche est “savoir comment les lesbiennes s’organisent pour se défendre et modifier cette réalité” (pag. 17). Partant de l’idée que notre société a développé l’invisibilité et la négation pour discriminer l’homosexualité féminine, l’auteur se questionne, en premier lieu, sur l’existence d’une identité sexuelle lesbienne, puis sur la manière dont elle se construit. Elle oriente aussi sa recherche sur la façon dont cette identité se réalise au niveau personnel, et dans différents contextes sociaux et relationnels. Elle se questionne enfin sur les relations de couple et sur les particularités des familles ainsi construites.

2L’auteur a travaillé pendant deux ans avec un groupe organisé de lesbiennes de Barcelone. Ce choix a été fortement déterminé par son hypothèse “que les collectivités féminines jouent un rôle important dans la construction de l’identité et qu’elles sont décisives pour la consolidation du sentiment d’appartenance groupale” (pag. 22). N’ont été pris en compte que les témoignages de femmes affirmant leur identité lesbienne. Aux entretiens formels et informels s’ajoutent l’observation participante, la bibliographie et des enquêtes quantitatives déjà publiées. L’auteur souligne combien il reste à faire et avoue une certaine résignation de n’avoir pu ou su trouver des informatrices âgées de plus de 50 ans.

3Ce travail sur un groupe nié et stigmatisé, montre que, dans sa marginalité, il développe de nouvelles formes de vie et de relations et tâche d’affirmer sa place dans l’espace public d’une société hostile. Il présente les particularités de cette collectivité : façons de vivre et d’exprimer sa sexualité, de développer des rapports d’amitié et de couple, de construire une famille, de se confronter à soi-même et à la société, par rapport à une identité sexuelle, qualifiée, au mieux, de “différente”. Dans le contexte ibérique, cet ouvrage est bienvenu. Par sa rigueur analytique et son analyse non complaisante, l’auteur a su, en prenant ses distances, écrire un ouvrage non-militant, qui situe la problématique à sa juste place.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Josep M. Comelles et Maria José Valderrama, « Olga Viñuales, Identidades lésbicas », Bulletin Amades [En ligne], 47 | 2001, mis en ligne le 17 juillet 2009, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://amades.revues.org/975

Haut de page

Auteurs

Josep M. Comelles

Articles du même auteur

Maria José Valderrama

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org